Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 16:15

La présidence de la commission des finances de l’Assemblée sera confiée à un membre de l’opposition, a confirmé François Fillon
Le premier ministre souhaite « discuter avec la gauche de la modernisation du travail parlementaire ».
 
MATIGNON N’EN DÉPLAISE aux barons de l’UMP, la présidence de la commission des finances de l’Assemblée nationale sera effectivement confiée à un membre de l’opposition, comme Nicolas Sarkozy l’avait promis pendant la campagne. François Fillon l’a confirmé hier sur RTL, en précisant : « Ça peut être tout de suite. Je veux que les engagements du chef de l’État soient intégralement tenus. » L’actuel titulaire du poste, Pierre Méhaignerie, reçu hier matin à l’Élysée, en est ressorti la mine sombre. Encore un martyr de l’ « ouverture » , un de plus, et sûrement pas le dernier, à entendre le chef du gouvernement.
Financement des partis
François Fillon voudrait en effet que l’attribution de cette présidence s’inscrive dans une « discussion globale avec la gauche sur la modernisation du travail parlementaire, sur le contrôle des nominations d’un certain nombre de hauts fonctionnaires, sur peutêtre l’augmentation du nombre des commissions pour coller à la réalité de la société française » . Le 18 mai, il avait chargé Jean- François Copé, ancien ministre du Budget et candidat à la présidence du groupe UMP de l’Assemblée, de se pencher sur la question et de lui faire des propositions. Depuis, il a lui- même réfléchi à l’adaptation des institutions. Son verdict : « Nous sommes dans un système où le Parlement n’a pas assez de pouvoir de contrôle sur l’exécutif. »
Sur ce point, le premier ministre est en accord parfait avec le président de la République. En revanche, il ne fait apparemment pas une priorité de la mise en oeuvre d’une autre proposition du candidat Sarkozy : l’introduction d’une dose de proportionnelle dans le scrutin législatif. Alors que le chef de l’État confirme cet engagement aujourd’hui dans nos colonnes ( lire page 6), celui du gouvernement a expliqué sur RTL : « Ce que nous proposons, nous, ce n’est pas la proportionnelle, le régime des partis, c’est de donner plus de pouvoir au Parlement pour contrôler l’exécutif, l’application des lois, les nominations aux responsabilités les plus importantes de l’État. »
La réponse visait Laurent Fabius, qui réclame la « proportionnalisation » des législatives en invoquant un « risque d’absolutisme » en cas de victoire massive de l’UMP. « Je ne me souviens pas que lorsque Laurent Fabius était premier ministre, il se plaignait d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale » , a souligné au passage l’actuel locataire de Matignon. François Fillon n’est pas près d’adoucir le ton vis- à- vis du PS. « J’ai besoin pour réformer notre pays d’une gauche moderne, a- t- il expliqué. Si la dureté de mes propos peut provoquer ce débat, j’aurai au moins permis de participer à la rénovation de la gauche française. »
Le premier ministre s’est aussi distingué en formulant à voix haute les critiques quasi unanimes que les responsables politiques font, en privé, du système de financement des partis. L’exemple récent des candidats recrutés dans l’urgence par le MoDem et par le Nouveau Centre pour accéder aux fonds publics va peut- être permettre de traiter un sujet longtemps tabou. « Je pense que le système n’est pas adapté et je proposerai qu’on le modifie » , a- t- il en tout cas annoncé hier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Recents