Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 21:52
Le bloc-notes d’Ivan Rioufol
 
Hier, c’était de la faute des juges. Cette foisci, c’est la police qui est désignée comme responsable de la « déferlante de violence » en Seine- Saint- Denis. Un rapport de l’Institut national des hautes études de sécurité (Inhes), rattaché au ministère de l’Intérieur, l’assure. Le document, remis en décembre 2006 mais ébruité opportunément à la veille du premier tour des législatives, enchante la gauche. Elle y voit l’échec de Nicolas Sarkozy place Beauvau. Au festival des hypocrites, elle vient de décrocher la palmed’or.
Une bombe est aux portes de Paris, mais personne ne veut savoir pourquoi. L’étude parle de « césure » entre la police et la population. Le « 9- 3 » est décrit dans un état de « marginalisation croissante » , avec une « délinquance hors norme » . Faits connus. La cause serait à rechercher, selon l’Inhes, du côté des policiers, « jeunes et déracinés », coupables de trop se concentrer sur la lutte contre les stupéfiants et les clandestins et d’avoir une attitude irrespectueuse.
La superficialité de l’analyse convient à ceux qui refusent de faire un lien entre immigration de peuplement et repliement identitaire. Dans la continuité du rapport, Élisabeth Guigou, députée PS, pense avoir la clef de la paix sociale : elle propose une police des quartiers, des Maisons de la justice et du droit, un commissariat dans chaque ville, etc. Pour la gauche conformiste, le « 9-3 » est un département quasi ordinaire.
Cette vision est évidemment fausse. Serendre à Saint-Denis, où la basilique abrite les restes de plus de soixante rois de France, fait comprendre qu’une substitution de culture s’y est opérée, comme à Montfermeil, à Clichysous-Bois ou ailleurs. La concentration ethnique du département, révélée par ladémographeMichèle Tribalat, et la récupération islamiste des agitations, admise par le préfet de Seine-Saint-Denis (blocnotes des 12 janvier 2007 et 29 septembre 2006), sont autant d’explications à ces intifadas.
Ce sont d’abord les adeptes du multiculturalisme, ces belles âmes qui veulent faire de la France métissée une auberge espagnole, qui sont les responsables de cette catastrophe, dont des mineurs sont devenus les acteurs. Dans des cités, les forces de l’ordre sont vuescommeune présence coloniale. Le Français ( le « Cefran » ) y est en territoire étranger. Refuser de voir ces faits revient à s’en satisfaire. Mais alors, que sera la Seine-Saint-Denis, dans vingt ans ?
Aveuglement
L’aveuglement est impardonnable. D’autant que cela fait des années que la dérive de la Seine- Saint- Denis est décrite, dans des rapports vite oubliés. Observer, par exemple, les candidatures à la députation de Djamel Bouras dans le « 9-3 » , qui défend l’islamisation de sa communauté, oudeFaouziaZebdi-Ghorabdans les Hauts-de-Seine, voilée sur ses affiches au nom de la « Résistance citoyenne » , fait craindre que de nombreux jeunes sous influence, futurs électeurs, ne soient récupérés par cet islam politique, qui n’entend pas se réformer.
Ce que donne à voir la SeineSaint- Denis ne ressemble pas à une crise sociale et urbaine traditionnelle, comme le discours dominant veut le faire croire. La pauvretédudépartementnesuffit pas à expliquer l’ampleur de la violence. D’autant que celle- ci n’est porteuse d’aucune revendication, ni d’aucun leader. Les policiers pris pour cible le sont peut-être pour leurs maladresses ( sait- on ce qu’ils endurent ?), mais plus sûrement pour ce qu’ils représentent.
Or, ce rejet de la République, déjà observé lors des émeutes de novembre 2005 avec les incendies d’écoles ou de lieux publics, est une donnée occultée. Qu’un organisme proche de l’Intérieur en vienne à reprocher aux forces de l’ordre de traquer les dealers et les clandestins, sans « prendre en compte le contexte dans lequel vivent les populations fragilisées », montre l’ampleur de l’angélisme. Du laboratoire de la Seine-SaintDenis peut sortir le meilleur, comme le pire. C’est le pire – un séparatisme ethnico-religieux – qui est encouragé.
soutient rudement Malika Sorel, Française issue de l’immigration maghrébine. Dans un livre sans fard ( Le Puzzle de l’intégration, Éditions Mille et Une Nuits), cette universitaire constate le refus de s’insérer d’une partie de la communauté musulmane, qui ne se reconnaît pas dans le socle culturel du pays d’accueil.
« Les Français doivent admettre que ceux qui naissent porteurs d’un héritage historique et culturel profondément différent du leur ne naissent pas Français », explique-telle, pour mettre en cause le droit du sol, qui offre la nationalité sans obligation d’adhésion aux valeurs de la République. « La violence de jeunes issus de l’immigration est à lahauteurdelaviolencequeledroit du sol leur fait subir, en les affublant d’une identité qu’ils n’ont en réalité pas choisie. » Il faut la lire.
« L’oppresseur français »
Allons plus loin : ce rejet de la République, qui fait de la policeun ennemi, est aussi celuidelaFrance et de sa culture. Les enseignants et les juges le savent, eux qui sont parfois les victimes de cette haine engrangée dans des cités. Le racismeanti-Blancsytrouveégalement sa source. Les mobilisations, ces jours- ci, des ministres de l’Intérieur etdela Justice, pourrenforcer en urgence la sécurité des banlieues et des tribunaux, nechangeront rien à ce constat.
« Toutes ces violences et ce rejet de la société ont une finalité, celle de se venger de l’oppresseur français »,
Noirs sous-représentés
Approbation médiatique, après les proposduConseil représentatif des associations noires de France (Cran), regrettant, lundi, la sous- représentation des Noirs à l’Assemblée. Les mêmes commentateurs qualifient de racistes ceux qui estiment les Blancs sousreprésentés dans l’équipe de France de football. 
 
irioufol@lefigaro.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Recents