Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 19:41
 
 
 
Drôle de campagne, en vérité. Curieuse bataille, âprement disputée dans les circonscriptions, mais dont l’écho national est resté comme assourdi. Entre des caciques socialistes tellement persuadés de la défaite qu’ils en ont oublié d’entretenir le moral des troupes et des dirigeants UMP à ce point convaincus de la victoire qu’ils n’ont pas attendu pour s’en disputer les trophées, le débat n’a jamais vraiment décollé. Ce troisième tour, qui a pris des allures de simple formalité, est cependant à peine moins décisif que les deux premiers. D’abord parce que rien n’est jamais écrit. Nul, évidemment, n’imagineunsuccèsde la gauche, maisla hauteur de la vague bleue est tout sauf établie. Face à la probable poussée de l’abstention (un phénomène qu’ils mesurent mal), les sondeurs s’interrogent : le mal frappera-t-il davantage les électeurs de droite, qui considèrent que « le boulot est fait » , ou les électeurs de gauche, trop accablés pour aller voter ? Dimanche soir, une surprise n’est pas à exclure. À gauche comme à droite, bien des choses en seraient changées. Côté PS, c’est l’avenir du vieux parti d’Épinay qui se joue. Une Berezina, et François Hollande aura bien du mal à s’accrocher : la route s’ouvrira alors devant Ségolène Royal et une jeune garde décidée ( pour aller où ? c’est une autre question) à faire table rase du passé. Tandis qu’une défaite honorable laisserait aux adversaires de l’ex- candidate – qui espèrent désormais en Bertrand Delanoë – un peu de temps pour s’organiser… Mais c’est, bien sûr, du côté de la droite et de son chef, Nicolas Sarkozy, que se situe l’enjeu principal. Une victoire nettement moins large que prévu, et le chefdel’État verraitsonétatdegrâce assombri. Cela ne l’empêcherait pas d’agir, mais la gauche s’appuierait sur ce simple succès, aussitôt transforméendemi-échec, pourlui contester avecuneénergie redoublée le droit d’appliquer son projet. À l’inverse, une victoire franche et massive donnerait à la légitimité présidentielle le tranchant des lames trempées et retrempées. Difficile, après deux triomphes sans équivoque, de prétendre encore qu’il n’a pas reçu du peuple mandat pour réformer ! Qu’on y songe, dimanche : c’est bien l’avenir de la réforme qui se joue dans les urnes. Contrairement à une légende tenace qui voudrait qu’une majorité imposante soit au mieux inutile, au pire encombrante, l’histoire montre – pour le meilleur (1958) et pour le pire ( 1981) – qu’un soutien parlementaire fort est un atout décisif pour transformer le pays. Au regard de ce qui l’attend, Sarkozy en aura besoin. Parce qu’il n’est pas interdit d’être habile, le président, avec son « choc fiscal » et le dossier des multirécidivistes, a commencé, en effet, par lancer les réformes les plus populaires. Mais il y a la suite. Université, immigration, non- remplacement d’un fonctionnaire sur deux, Codedutravail, TVAsociale, assurance- maladie, régimes spéciaux… Combien de gouvernements s’y sont jusqu’ici cassé les dents ? Pour tenir tête aux oppositions politiques, syndicales et administratives qui ne manqueront pas de se manifester, pour clamer haut et fort que le pays récuse la tyrannie du statu quo, une majorité puissante, et le renfort des personnalités de l’ouverture, ne seront pas de trop. 

"Le Figaro" 9 juin 2007

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Recents