Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 01:48




Paul Delort/ Le Figaro.


Avec 46% des voix, la droite enregistre un record historique. Dimanche prochain, elle pourrait obtenir une majorité écrasante: entre 400 et 500 sièges, selon les différentes estimations.

 
NICOLAS SARKOZY et François Fillon espéraient une «majorité large». Elle sera, selon toute vraisemblance, écrasante si l’on en croit les projections fournies hier par les instituts de sondage. Entre 405 et 445 sièges pour l’UMP et ses alliés, selon la Sofres. Entre 460 et 495 selon CSA. En voix, l’UMP, le Nouveau Centre et les divers droite ont obtenu quelque 46%. Là encore, du jamais vu. C’est plus de dix points de plus qu’en 2002, où la victoire avait pourtant déjà été large. C’est dix points de plus que l’ensemble des partis de gauche.
 
Ce triomphe est tout juste entaché par un record d’abstention. Avec un taux d’abstention de près de 40%, la «passion de la démocratie» – tant vantée par le chef de l’État – est retombée. Avant le premier tour, l’Élysée et Matignon avaient fait de la participation l’un des enjeux du scrutin.
 
La «large majorité» que Sarkozy et Fillon appellent de leurs vœux depuis deux semaines se dessine donc après ce premier tour. L’objectif de quatre cents députés UMP sera atteint et probablement largement dépassé dimanche prochain. Satisfaction supplémentaire pour le premier ministre: il est élu dès le premier tour dans la Sarthe avec plus de 55% des voix. Exactement comme en 2002.
 
Les Français ont validé une seconde fois le programme de Sarkozy ainsi que le style de sa présidence. Le cocktail jogging présidentiel, femme et enfants en tenue de gala sur le perron de l’Élysée, gouvernement ouvert à des personnalités de gauche et omniprésence du chef de l’État a séduit l’opinion. Sa volonté de bousculer le protocole, de changer la pratique du pouvoir et de réformer au pas de charge le pays reçoit un écho favorable.
 
Le choix de Fillon comme premier ministre est également confirmé. Cette nomination reçoit l’onction du suffrage universel comme l’avait souhaité le sénateur de la Sarthe en se présentant aux législatives alors que rien ne le poussait à se soumettre au suffrage populaire. L’homme de Sablé-sur-Sarthe, qui a voulu donner l’exemple en conduisant onze de ses ministres au combat législatif, a gagné son pari. Façon pour lui de se démarquer de ses prédécesseurs Jean-Pierre Raffarin (qui n’a jamais été député) et Dominique de Villepin (qui n’a jamais été élu). François Fillon, qui a enchaîné six meetings en deux semaines et demie, sort renforcé de ce premier tour. D’ici au 17 juin, il va donc mettre les bouchées doubles (meeting à Nancy ce soir et jeudi à Paris) pour obtenir la consécration. Le premier ministre, qui a voté à la mi-journée chez lui à Solesmes (Sarthe), est rentré dans l’après-midi. Le chef de la majorité a ensuite reçu à Matignon dix ministres et des responsables UMP pour préparer la soirée électorale et caler les prises de parole à la télévision. Dans sa courte allocution prononcée à Matignon, il s’est félicité de la «belle avance» prise au premier tour. « L’élan est là, mais il ne peut être concrétisé qu’avec une majorité large», a-t-il averti en demandant aux Français de «se rendre aux urnes».
 
Leurs priorités législatives sont prêtes
 
À l’Élysée, c’était «soirée tranquille» selon un des conseillers du président. C’est dans le bureau du secrétaire général Claude Guéant que les proches du chef de l’État ont examiné les résultats. Fait surprenant: Sarkozy a préféré se tenir loin du tumulte électoral en regagnant la résidence de la Lanterne à Versailles où il a passé son week-end. Il l’a interrompu pour aller voter à Neuilly avec son épouse vers 18h30. Juste… après la fin de la finale du tournoi de Roland-Garros. Le président s’est tenu informé par téléphone de l’évolution des résultats. Mais il a laissé les rênes de la bataille des législatives à son premier ministre.
 
Fort de cette «belle avance», Fillon envisage la suite avec optimisme. Les priorités législatives sont «prêtes» a-t-il répété hier soir, citant la loi antirécidive, la détaxation des heures supplémentaires, l’exonération des intérêts d’emprunt sur la résidence principale et la suppression des droits de succession. Sans compter la réforme de l’Université en préparation. Le tout sera au menu de la session extraordinaire du Parlement qui se déroulera pendant tout le mois de juillet. L’exécutif peaufine la liste des heureux élus qui seront appelés (probablement le 19 juin) à compléter le gouvernement en tant que secrétaires d’État. Les noms les plus cités sont ceux d’Hervé Novelli, Rama Yade, Nathalie Kociusko-Morizet et l’UDF Maurice Leroy. À un degré moindre, on évoque ceux de Luc Chatel, Laurent Wauquiez, Jérôme Chartier, Laurent Hénart ou de l’UDF Valérie Létard. Il restera ensuite à l’exécutif de mettre de l’ordre dans l’organigramme de la majorité au Palais Bourbon. La compétition promet d’être rude tant au perchoir (entre Bernard Accoyer et Patrick Ollier) qu’à la tête du groupe. Le sarkozyste Christian Estrosi est décidé à défier Jean-François Copé, l’ex-porte-parole des gouvernements Raffarin et Villepin. Un député expérimenté, réélu hier, prédit: «Une majorité pléthorique qui se succède à elle-même, c’est très dur à tenir.» 

Bruno Jeudy

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Recents