Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 15:47
Aidé par le président, poussé par la « première dame » , protégé par Claude Guéant: le porte-parole de l’Élysée, âgé de 36 ans, est propulsé au premier plan après une carrière dans l’ombre.

David Martinon, un « bébé Sarkozy » qui prend son envol
David Martinon, porte-parole de l’Élysée, sera le candidat de l’UMP aux municipales de Neuilly-sur-Seine. Ainsi en a décidé le chef de l’État. Itinéraire d’un trentenaire dans le vent.
C’est l’histoire d’un bébé Sarkozy devenu grand. Depuis quatre mois, David Martinon est en pleine lumière, propulsé au premier plan après des années d’incubation discrète dans les coulisses. Certains ont été écartés ; Martinon, lui, est monté. Mieux : ce jeunehomme branché, dont lenomest cité chaque jour par les agences de presse, est désormais, à 36 ans, le successeur désigné de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly. Depuis longtemps, il veut se frotter au suffrage universel. Cette envie, souvent formulée auprès du « patron » , vient d’être exaucée. Dimanche soir, David Martinon a connu son baptême du feu, et son premier bizutage. Arrivé avec le président à la mairie, il a dû en ressortir par une porte dérobée. Entre-temps, les militants de l’UMP présents en nombre ont chahuté ce « parachuté » auquel ils auraient préféré Arnaud Teullé, 41 ans, Neuilléen « de souche ». « La décision a été prise en juillet avec le chef de l’État » , prévient Martinon, sans indiquer lequel a suggéré à l’autre la piste de Neuilly. Lui avait d’abord envisagé un atterrissage dans le Ve
arrondissement de Paris, en cas de non-candidature de Jean Tiberi. Il a récemment quitté son appartement du XVIIIe pour emménager à Neuilly où, reconnaît-il, « rien n’est gagné ». David Martinon n’a pas encore les allures d’un élu de terrain. Ceux qui le suivent depuis longtemps se souviennent de ses costumes hypercintrés aux épaisses rayures, de sa chevelure longue et ondulée, qu’il n’arrivait à domestiquer qu’à coups de Gomina. Ce garçon svelte et dandy aurait pu devenir producteur de disques. Ses premières soirées dans la mythique boîte du Palace, à Paris, il les a connues à 16 ans, emmenépar l’un de ses trois frères aînés. Élève, non loin de là, dans un établissement catholique du Xe, à Rocroyde-Saint-Léon, il a connu les froncements de sourcil des pères supérieurs. Ce qui ne l’empêchait pas, avec sa « bande de potes » , de s’égayer dans le Paris « popu ». « Nous avons reçu une éducation assez sévère, cela explique un certain anticonformisme » , résume l’intéressé. Pas vraiment rebelle, mais décalé, tendance caustique plutôt que classique. La variété française est moins sa tasse de thé que le Velvet Underground ou The Cure. Il avoue n’avoir pas encore les goûts musicaux du président. Johnny ou le Top 50 de Radio Nostalgie, il n’est pas fan. Mais « j’y viens » , nuance-t-il avec un sourire. En attendant, Sarkozy a voulu accélérer lamue de celui qui fut pendant cinq ans son sherpa à Beauvau et Bercy. Avant l’été, le chef de l’État recevait une assemblée de donateurs pour les remercier de leurs contributions financières à sa campagne. Et leur a présenté son nouveau porte-parole : « Sa coupe de cheveux n’allait pas du tout, et les costumes non plus. Je l’ai un peu relooké, et maintenant ça va. » Depuis, Martinon ne se présente plus qu’en costume noir uni, de coupe sobre, agrémenté de cravates rouges ou bleues. Des journalistes avec qui il passe beaucoup de temps, il dit : « Vous êtes très français, vous préférez le superficiel au concept.» Martinon a inventé un « porte-parolat cool et décontracté » , commente l’un de ses amis. Aidé par le président, poussé par son épouse, protégé par Claude Guéant : autant de soutiens suscitent quelques jalousies. Après
Rachida Dati, il est présentécommel’autre favori de la « première dame », dont il a fait la connaissance au cours de nombreux voyages, entre 2002 et 2005, quand il jouait les émissaires de Sarkozy au Mali ou au Liberia. « Si tous les chouchous de Cécilia sont servis, et que les autres n’ont rien, c’est peut-être plus qu’une coïncidence » , lâche l’un de ceux qui déplorent le « favoritisme » du prince. Réponse de Martinon : « Je ne vois pas pourquoi j’aurais honte d’avoir Cécilia comme amie. » Une amie qui sera également son témoin de mariage. « J’ai éténomméchef de cabinet pendant la campagne sans le vouloir, à un poste où il n’y avait que des coups à prendre. Jemesuis dit que si Cécilia avait recommandémonnom, c’est donc que je devais pouvoir le faire. Elle s’est assez peu trompée depuis vingt ans : c’est elle qui a recommandé tous ceux avec qui travaille le président. » À 19 ans, en 1990, ce fils d’ingénieur participe aux états généraux de l’opposition. Il croise Sarkozy. Fréquente Madelin, gratte au ministère de la Défense pour Léotard et Morin. Passent dix ans, au cours desquels il entre à l’ENA où il fait la connaissance de Bruno Lemaire, futur directeur de cabinet de Dominique de Villepin, et de Cédric Goubet, actuel chef de cabinet de Sarkozy. Goubet se souvient de parties de foot des anciens élèves de l’ENA. Tous les deux se demandent alors qui sera « le Zidane » de la droite. En 2000, Martinon choisit Sarkozy quand celui-ci est encore en pleine traversée du désert. Ils se voient trois minutes. Et le jeunehommemonte à bord du « sarkotour », pour n’en plus redescendre. 


SI C'EST DE LA PUBLICITE, CELA DOIT COUTER BIEN CHER !

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS
commenter cet article

commentaires

Christian BOIS 06/10/2007 21:39

J'ai aperçu François Fillon à la journée nationales des Harkis le 25 septembre dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides.Nous avons rapidement echangé quelques mots...Je lui ai redit mon soutien. Il me semble avoir les nerfs solides !Je pense que la cohabitation va durer car s'il est plus discret que Nicolas Sarkozy il a sûrement au moins autant de volonté.

frances 06/10/2007 18:36

merci Christian, il me semblait bien qu'il s'agissait de cela et je comprends un peu mieux après cette explication.Il importe que tout rentre dans l'ordre en espèrant que ce monsieur a l'intelligence qu'on lui prête et pas seulement celle de la cervelle. Par ailleurs, j'observe avec un peu d'inquiètude la "cohabitation" entre F.Fillon et notre président, ou du moins, ce que l'on en rapporte. Je serai vraiment déçu si elle ne tenait pas ses promesses. Je pense à leur collaboration.... bien sûr !Rassurez moi !

Christian BOIS 06/10/2007 17:40

Bernard,Je ne suis effectivement pas très favorable à ce parachutage. Et je ne suis pas le seul... à beaucoup près.Ce n'est pas l'homme qui dérange mais le procédé.Entre lre 28 novembre 2004, jour de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP, et aujourd'hui le nombre d'hadérents est passé de 700 à 3700, plaçant la circonscription de Neuilly-sur-seine à la première place, si l'on excepte Paris !Les militants se sentent frustrés car beaucoup, jeunes ou moins jeunes, ont adhéré pour soutenir  Nicolas Sarkozy mais aussi parce qu'ils pensaient avoir leur mot à dire et pouvoir faire leur choix.Le délégué de circonscription, du fait de ce parachutage que reconnait David Martinon, qui, il y a quelques semaines n'habitait pas à Neuilly, se voit reléguer à la deuxième place et, en fidèle collaborateur, accepte le choix de Nicolas Sarkozy. (Certains soutiennent que ce serait le choix de Cécilia)Ce sont les militants qui n'acceptent pas !Nicolas Sarkozy a beau dire que ce n'est pas le fait du Prince, ils le comprennent comme tel et cela leur déplait grandement !De plus, David Martinon étant toujours derrière Nicolas Sarkozy, qui se déplace beaucoup, ils craignent que leur futur Maire ne soit pas souvent présent à Neuilly.Neuilly ne changera pas de camp, mais la grogne est en train de s'installer. Elle s'installe d'autant plus que lors de sa première apparition, hier, il a été plutôt maladroit, mal à l'aise et peu convaincant.

frances 06/10/2007 09:15

Christian ! vous ne me semblez pas très favorable à ce "parachutage" !Est-ce simplement une impression ?Vu de l'extérieur, si l'on se libère de toute polémique "politicienne" ( qui trouve son compte dans ce gente d'affaire ), on ne comprend pas trop ce charivari sauf à y voir que chacun défend son pré carré ! et que le bizut dérange.....Quant à dire comme DVP que l'on ne peut exercer la fonction de Maire et celle de Porte parole dans le même temps, cela manque vraiment de sérieux.Et , sommes toutes, ce sont bien les électeurs qui trancheront, à Neuilly comme ailleurs ! Alors , pourquoi tout ce tintouin ?

Articles Recents