Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 22:50

 

Anne-Noémie Dorion et Marie-Estelle Pech
10/11/2007 | Mise à jour : 21:08 |
Commentaires 96
.
Dans une dizaine de facs au moins, des étudiants tentent de s’opposer aux barrages et d’empêcher l’arrêt des cours. (AFP/Huguen)
Dans une dizaine de facs au moins, des étudiants tentent de s’opposer aux barrages et d’empêcher l’arrêt des cours. (AFP/Huguen) Crédits photo : AFP

Alors qu’une coordination d’étudiants grévistes venue de toute la France se réunit à Rennes, les antibloqueurs se mobilisent. Presque aussi vite que les grévistes.

RÉUNION au sommet ce week-end à Rennes. Venus de partout en France, des représentants des collectifs et des organisations étudiantes impliqués contre la loi Pécresse sur l’autonomie des universités se retrouvent aujourd’hui au sein d’une coordination nationale étudiante pour organiser les suites de la contestation.

Les étudiants mo­bilisés espèrent profiter de l’agitation sociale à venir cette semaine, pour amplifier le mouvement qui continue à s’étendre, puisque hier 13 sites étaient bloqués et qu’une cinquantaine d’assemblées générales sont prévues dans les facs à partir de lundi, selon les syndicats. Leurs projets pourraient être contrariés par les opposants aux blocages des locaux. Alors que la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse a condamné hier les grèves, appelant une nouvelle fois « au dialogue », plusieurs présidents d’université ont exhorté les étudiants à « lever les blocages ». Les étudiants antibloqueurs, eux aussi, se mobilisent. L’UNI, syndicat classé à droite, et l’association PDE (Promotion et défense des étudiants) se sont tous deux une nouvelle fois opposés au blocage.

Dans une dizaine de facs au moins, une résistance aux barrages s’organise. Rodés par les précédentes mobilisations étudiantes, au premier rang desquelles les grèves contre le CPE, les opposants au blocage ont eux aussi fini par acquérir une expérience des conflits. Et se sont mobilisés presque aussi rapidement que les bloqueurs eux-mêmes. « Les étudiants de troisième ou quatrième année ont déjà connu des blocages, ils savent que ce n’est pas anodin et qu’il faut réagir . Ils commencent à comprendre comment s’organiser , précise Olivier Vial, président de l’UNI. Ils ont pris l’initiative d’aider les plus jeunes à s’opposer. » Les antiblocages écrivent aux présidents d’universités, saisissent les tribunaux administratifs, participent aux AG pour voter contre la grève. Ils tentent de répondre à des méthodes qu’ils ont de plus en plus de mal à supporter.

«  Les partisans de la grève changent l’horaire des AG ou les font volontairement traîner des heures pour que les opposants se lassent et ne restent pas ­jusqu’au vote , se plaint Timothé, étu­diant en première année de bi-licence histoire/science politique à Tolbiac. Pour éviter de perdre notre temps, l’un d’entre nous reste et prévient les autres au moment du vote.  » Étudiant en deuxième année de LEA à Rennes II, Pierre a organisé avec quelques camarades une réunion dès le lendemain du premier vote de grève : « On a prévenu tout le monde et on s’est réuni à 500 pour tenter d’empêcher le barrage des portes. » À force d’obstination, ils ont réussi à convaincre les étudiants d’organiser un vote à bulletin secret. « Sinon, les décomptes des mains levées c’est le grand n’importe quoi » , déplore Pierre.

 

« La dictature des glandeurs »

 

Récemment constitués sur le site Internet très en vogue Facebook, plusieurs groupes d’étudiants se tiennent aussi au courant des évolutions du mouvement et réfléchissent ensemble à la marche à suivre. Ils étaient hier plus de 700 inscrits à se concerter pour s’organiser contre les blocages sur un site principal.

Sans compter des « sous-groupes » de centaines d’autres étudiants répartis université par université qui se donnent des conseils et déversent aussi leur fiel comme Olivier Alzonda, étudiant à Nan­terre : « Il y en a marre d’être pris en otage. Quand ça n’est pas une grève des transports, c’est un groupuscule d’étudiants qui exagèrent tout et paralysent les autres. C’est la dictature des glandeurs et des peureux. » Au-delà de la loi, les antiblocages sont surtout soucieux d’empêcher l’arrêt des cours que les barrages entraînent. « Plus que le fond, c’est la forme qui me dérange », explique Timothé.

Entre les deux camps, les rapports sont parfois tendus. « Ils s’agressent verbalement et sont prêts à en venir aux mains » , constate Pierre. Selon l’UNI, des violences physiques entre blogueurs et antiblogueurs auraient aussi éclaté dans quelques universités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

clem 14/11/2007 18:32

vous n'ètes qu'une bande de propagandistes autoritaires

Christian BOIS 14/11/2007 16:18

Comme je vous comprends !J'espère que cela ne va pas durer et que cette minorité n'aura pas le dessus !

Alexandre Patin 14/11/2007 15:03

Etant moi-même étudiant à Rennes2 en master2 de langues romanes, je ne peux que déplorer cette sinistre situation, frustrante pour la plupart des étudiants qui voudraient travailler...

Christian BOIS 14/11/2007 14:30

Clem, Je ne publie pas votre commentaire car il est parfaitement mensonger et de plus anonyme !

clem 13/11/2007 21:29

je trouve que dire que les AG sont noyautées par des groupes d'extreme gauche qui "embrigaderaient" les étudiants est une absurdité : ce n'est encore qu'une infantilisation de gens responsables comme ce nouveau gouvernement paternaliste-bigbrother les affectionne tant. Des plus, par exemple, sur les 5 représentants Rennais à la convention nationale, aucun n'était ni syndiqué, ni militant dans un parti quelconque.Enfin, il apparaît clairement que cette loi s'inscrit dans le projet sarkoziste d'une "valeur travail" illusoire (depuis quand le travail est -il une valeur d'ailleurs?) placée au-dessus de tout comme une fin en soit et non plus comme le moyen d'un accomplissement personnel ce qui est a mon sens une dérive idéologique très grave.En somme si votre liberté ne vous intéresse plus, on s'occupe de la défendre pour vous, remerciez nous :-)

Articles Recents