Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 21:41

 

Guillaume Perrault "Le Figaro"
16/05/2008
.

Le nouveau maire de Nice craint une forte abstention pour la partielle dont le premier tour a lieu dimanche.

DIFFICILE de prêter valeur de test national à la législative partielle qui aura lieu dimanche dans les Alpes-Maritimes. Dans ce fief de droite, Christian Estrosi, élu maire de Nice en mars, espère retrouver au premier tour son siège de député de la 5e circonscription du département, qu'il détient presque sans interruption depuis 1988 et qu'il avait quitté en entrant au gouvernement.

Âgé de 52 ans, ce Niçois d'origine, cinq fois champion de France de moto dans les années 1970 est un sarkozyste de la première heure. Secrétaire d'État à l'outre-mer depuis mai 2007, Estrosi avait dû affronter un premier tour des municipales moins facile que prévu et marqué par le score honorable du maire sortant, Jacques Peyrat. Il avait alors promis aux Niçois de quitter le gouvernement en cas de victoire à la mairie. Estrosi a tenu parole et son suppléant à l'Assemblée a démissionné à son tour pour lui permettre de retrouver son siège de député.

Élu dès le premier tour lors des législatives de juin  il avait obtenu 60,08 %  il n'est pas sûr de réitérer l'exploit. Le candidat socialiste, Paul Culturello, espère tirer profit de la chute de popularité du chef de l'État. Ghislain Gianno, syndicaliste soutenu par le PC, fustige « la soif de pouvoir » d'Estrosi, qui préside la communauté d'agglomération Nice-Côte d'Azur et, pour encore quelques mois, le conseil général. Axel Hvidsten, s'efforce de convaincre des vertus de « l'écologie indépendante ». Le candidat du Front national, Bruno Ligonie, veut croire au « retour de ses électeurs qui avaient été abusés par Sarkozy. Et un ancien membre du mouvement d'extrême droite Les Identitaires, Pierre-Antoine Plaquevent, se présente en indépendant.

 

Appel à la mobilisation

 

Mais plus que ses concurrents, c'est l'abstention qu'Estrosi redoute. Un candidat qui obtient la majorité absolue des voix au premier tour ne peut être élu que si 25 %  des inscrits se sont rendus aux urnes. Et cette condition pourrait n'être pas remplie. Lors de ses réunions publiques aux quatre coins de cette circonscription très vaste, qui englobe l'essentiel de l'arrière-pays niçois et quelques cantons de la ville, Estrosi ne cesse donc d'appeler à la « mobilisation ». Et, en réponse aux critiques, il rappelle qu'il démissionnera de la présidence du conseil général « dès que la justice aura débouté ceux qui contestent mon élection à la mairie de Nice ».

Estrosi espère que son retour au Palais Bourbon sera le prélude à un rôle national plus affirmé. En juin dernier, à la demande pressante de Sarkozy, il avait renoncé à contrecœur à briguer la présidence du groupe UMP à l'Assemblée. Et, depuis son départ du gouvernement, il tonne contre la direction actuelle du parti. Jusqu'à réclamer à cor et à cri « une désignation par les militants de tous les responsables de l'UMP ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Actualité politique
commenter cet article

commentaires

Articles Recents