Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • Bienvenue sur le blog de Christian BOIS
  • : Blog recensé sur les blogs de la France d'après. Commentaires sur l'actualité politique. Invitations d'hommes et de femmes politiques proches de mes idées par les différents médias.
  • Contact

Texte libre

 PRESSE 

logo Figaro

LeMonde.fr 
  

 LaTribune.fr

 

la-Croix.com 


 


 


  

SUD-OUEST

    
accueil midilibre.com
ladepeche.fr 

La Montagne

L'Est Républicain

Le Dauphiné Libéré

 

 

 Telegramme de Brest

 

D N A


LE JDD 

 Revenir à l'accueil

 

20 MINUTES.fr 

lexpress.mu

 
L'expansion.com

LE POINT

  Challenges.fr - L

  

 

RADIOS 
Radio France

RMC : Info Talk Sport 

 logo rfi

 Ancien logo de la station, utilisé pendant les années 1970 et 80

 RTL.fr

 

 

RADIO CLASSIQUE

Comfm

 

 

LCI Radio

 

 

 

 



 TELEVISIONS

Logo du site de l'Assemblée nationale

tf1.fr : le site de la chaîne

FRANCE 5 

M6

 

TV5


LCP 



 FRANCE 24 

 

     


Google
 

 

 

 ENCYCLOPEDIES

Wikipédia

 

VIDEOS

 

 

Ina

 

Dailymotion

DIVERS

 

 blog

 

 

 
 
 

 

 

Recherche

PARLONS DE TOUT

 

  

 CUISINE de FRANCE 

 

 

Isaveurs 

Photo de la semaine

Henri Varaud, Cuisinier d'Art

 

 

Ma Photo

  

CUISINE ETRANGERE

Site de cuisine chinoise primé par le Dragon d'Or

 VINS

  DIVERS

G0OGLE

  EarthPicasa






 

 

5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 22:14
Repost 0
Published by BOIS - dans Matignon
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 20:13
 

Depuis un an, sous l’impulsion du président de la République, le Gouvernement a entrepris un effort de réformes sans précédent. Le "Guide des réformes et des mesures 2007-2008", édité par le Service d’information du Gouvernement, fait le point sur l’action de l’équipe gouvernementale depuis sa prise de fonction et présente les axes de travail pour les mois à venir.

-  Consulter le guide

Il s’articule autour des cinq priorités que le Gouvernement s’est fixées : réhabiliter le travail, protéger les Français et notamment les plus fragiles, préparer notre pays à l’avenir, offrir un service public au meilleur coût pour les citoyens, rendre à nos concitoyens la fierté d’être Français.


20-05-2008 11:23
Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 17:49


Le Premier ministre estime que la croissance atteindra 1,9 % en France cette année. Il avertit également que « l'Etat actionnaire fera tout pour dissuader EADS de délocaliser sa production ».

Alors que la crise autour des régimes spéciaux de retraite semblait terminée, de nouvelles grèves sont prévues cette semaine dans les transports. Cela vous inquiète-t-il ?

Ces annonces sont inattendues et peu compréhensibles. S'il s'agit de faire revenir le gouvernement sur les principes de la réforme des régimes spéciaux, c'est inutile. Ce n'est pas une grève de plus qui nous fera changer de position : les décrets d'application posant les principes de la réforme seront publiés au tout début de 2008. S'il s'agit de faire pression sur les négociations en cours dans les entreprises pour en fixer les modalités, c'est inutile également puisque celles-ci avancent bien. Rien ne justifie, par conséquent, que l'on prenne de nouveau en otages les usagers.

A la SNCF, un agent qui travaillera deux ans et demi de plus verra sa pension augmenter de 10 %. Les entreprises ont-elles trop lâché ?

Les négociations ne sont pas terminées. Il est donc difficile de savoir quels en seront les contours précis. Mais l'équilibre financier de la réforme n'est pas remis en cause. Le déficit annuel des régimes spéciaux pris en charge par l'Etat est de l'ordre de 5 milliards. Ce qui est négocié est très loin de ces sommes.

Allez-vous revaloriser, le 1er janvier, les retraites au-delà des 1,1 % prévus ? Vous aviez promis un effort sur les petites pensions...

Je ne suis pas enclin à prendre des décisions hâtives. Le coup de pouce aux retraites modestes fait partie du rendez-vous retraites prévu en 2008. Cela s'inscrit dans le cadre des discussions globales avec les partenaires sociaux que nous allons avoir avec Xavier Bertrand et qui touchent d'autres sujets comme l'équilibre des régimes de retraite, le financement futur des retraites, l'emploi des seniors, la pénibilité...

Dans votre esprit, les 41 ans de cotisations sont-ils déjà acquis ?

La loi de 2003 prévoit que la durée de cotisation évolue en fonction de l'espérance de vie. La commission de garantie des retraites a confirmé que les conditions étaient réunies pour l'allongement de 40 à 41 ans.

Une des conditions n'est pas remplie : l'emploi des seniors dans les entreprises n'a pas progressé...

Ce n'est pas acceptable. Les entreprises doivent bien comprendre ceci : soit elles font un effort sur l'emploi des seniors soit nous augmenteront les cotisations de retraite, ce qui serait extrêmement dommageable.

GDF demande 5 % à 6 % de hausse, on vous prête l'intention de retenir 3 %. Qu'en est-il ?

Je n'ai pas reçu les propositions officielles de GDF. Il est incontestable que le prix du gaz dépend de celui du pétrole, qui a augmenté de 25 % depuis 2006. Le statu quo n'est donc pas possible. Le gouvernement sera toutefois extrêmement vigilant pour que l'augmentation soit la plus limitée possible.

Sur le rythme des réformes, on a le sentiment que vous hésitez entre la volonté d'aller vite et le souci de laisser de la place à la négociation, comme le fait le président avec l'agenda social.

L'un n'empêche pas l'autre. En juin, j'ai adressé un mandat de négociation aux partenaires sociaux sur le contrat de travail et la représentativité. La négociation sur le contrat de travail sera achevée comme prévu à la fin de l'année, même si nous ne sommes pas à quinze jours près. La seconde doit s'engager prochainement. La conférence sur l'agenda social que Nicolas Sarkozy ouvrira le 19 décembre permettra d'examiner de nouvelles réformes sociales et de répartir les responsabilités entre l'Etat et les partenaires sociaux. A l'issue de la réunion et au vu de leurs propositions, j'adresserai un nouveau mandat aux partenaires sociaux, en leur demandant d'ouvrir des négociations sur la formation professionnelle et sur l'assouplissement des 35 heures par accord d'entreprise. Nous avons aussi confié au conseil d'orientation de l'emploi le soin de débattre de la conditionnalité des allègements de charges.

Mais les négociations retardent l'entrée en vigueur des réformes. L'idée de rupture en pâtit.

Le calendrier des prochaines négociations est de six mois. Et je vous certifie que la réforme du marché du travail sera effectivement lancée au début 2008 avec un projet de loi reprenant le résultat des négociations en cours.

Avant les municipales ?

Bien sûr. Le projet de loi sera déposé dès février.

L'état actuel des négociations sur ce sujet vous satisfait-il ?

Je note des avancées très sérieuses sur les conditions de rupture du contrat, sur le contrat de mission et sur la sécurité professionnelle.

On est très loin du contrat unique promis pendant la campagne. N'êtes-vous pas tenté de légiférer ?

De toute façon, il faudra en passer par la loi pour transposer l'accord ou tirer les conséquences d'un échec de la négociation. Mais j'estime que nous ne sommes pas loin d'un bon accord. Il faut d'abord laisser les partenaires discuter.

Le débat sur la réduction des déficits a-t-il été tranché ?

Tout à fait. Notre politique économique est cohérente et repose sur deux piliers : encourager le travail et l'investissement, réduire les déficits.

Faut-il voir votre influence personnelle dans le fait que les mesures sur le pouvoir d'achat ne pèsent pas sur les finances publiques ?

Le chef de l'Etat a toujours donné la priorité au désendettement, avec un objectif de 2012 au plus tard, depuis longtemps très clair dans notre esprit. Je n'ai fait que veiller au respect des engagements présidentiels. Pour revenir aux réformes économiques et sociales, l'essentiel sera lancé en 2008. Prenez les heures sup, libérées en juillet 2007, le rachat des RTT qui sera possible en janvier, et la négociation sur le temps de travail dans l'entreprise qui se tiendra au printemps : en moins d'un an, nous aurons profondément libéré le travail.

Diriez-vous qu'aujourd'hui vous avez « tué » les 35 heures ?

On les aura en tout cas assouplies au maximum de ce qu'il était possible de faire et on aura rendu la liberté de négocier sur le temps de travail dans les entreprises, sans carcan législatif. Voilà pour le travail. Ensuite, la fusion ANPE-Unedic se fera en janvier 2008, puis nous aurons les réformes sur le contrat de travail et le marché du travail, la formation professionnelle et la sécurisation des parcours professionnels. Avant la fin 2008, nous aurons un vrai système de flex-sécurité à la française.

La compétitivité des entreprises n'est-elle pas le parent pauvre ?

Pas du tout. On a déjà voté la possibilité de déduire de l'ISF des sommes investies dans les PME, on a voté le bouclier fiscal, on a multiplié par trois le crédit impôt recherche, on a regroupé OSEO et l'AII, les organismes de soutien à l'innovation dans les PME : là encore, on peut dire que d'ici fin 2008 sera enclenché un cercle vertueux favorable à l'investissement. A cela s'ajoute le gel des dépenses publiques, l'objectif de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Aujourd'hui, c'est un sur trois...

Nous faisons tout pour que ce soit un sur deux en 2009. Nous sommes aussi en train de remettre à plat l'ensemble des dépenses publiques à travers la révision générale des politiques publiques : tous les instruments pour obtenir le retour à l'équilibre des finances publiques en 2012 sont à l'oeuvre. Quant à notre stratégie fiscale, elle sera engagée avant l'été grâce à un plan pluriannuel. Christine Lagarde y travaille. Elle rendra ses conclusions dans quelques semaines.

Ces orientations figureront-elles dans la loi de modernisation de l'économie du printemps ?

Oui. Cette loi va s'articuler autour de trois idées fortes. La première est de faire sauter les verrous à la croissance. Nous engagerons la réforme de la loi Galland sur les prix dans la distribution et celle de la loi Royer-Raffarin sur l'urbanisme commercial, tout en dynamisant le commerce de centre-ville. Nous allons aussi moderniser le cadre des professions réglementées, aider les PME à se développer en supprimant des seuils financiers et en unifiant les aides aux entreprises de croissance. Le deuxième chapitre portera sur l'amélioration du financement de l'économie et sur l'idée des stock-options pour tous. Le troisième volet sera consacré à l'économie de la connaissance afin de valoriser l'innovation et la recherche.

En quoi vont consister les premières annonces de mercredi sur la révision générale des politiques publiques ? Va-t-on enfin en voir des manifestations concrètes ?

A travers les quelque 80 propositions que nous ferons mercredi, les Français auront une idée claire de ce qu'est la révision générale des politiques publiques. En quatre mois, nous avons passé au peigne fin 20 % des dépenses publiques. Nous avons déjà des projets concrets pour améliorer le service public, simplifier des procédures, regrouper des administrations, réorganiser la présence territoriale de l'Etat. Bref, améliorer la vie des Français. Nous allons procéder à une réorganisation profonde des services de l'Etat dans les territoires, en particulier dans le domaine du développement durable.

N'est-il pas inquiétant de voir l'Etat vendre des actifs, des titres EDF en l'occurrence, pour investir dans l'Université ?

Le président défendait depuis des années l'idée d'un effort exceptionnel de rénovation de nos campus, pour lequel nous avons décidé de céder au moins de 3 % du capital d'EDF. Cet argent ne sera pas versé directement au budget de l'enseignement supérieur car notre constitution budgétaire nous l'interdit. Aussi, nous pensons l'affecter à une ou des « fondations », dont les produits financiers seront, eux, investis dans l'Université.

Comprenez-vous que Dassault et EADS délocalisent en raison du niveau de l'euro ?

Le gouvernement est très conscient des problèmes que pose le niveau de l'euro à la filière aéronautique. Le chef de l'Etat n'a cessé de tirer la sonnette d'alarme auprès de nos partenaires et des autorités monétaires. Pour autant, Airbus ne surmontera pas cette difficulté en délocalisant. On ne répond pas à un problème purement conjoncturel par des décisions stratégiques qui engagent le long terme. La France et l'Allemagne ont lourdement investi dans Airbus, ce n'est pas pour le voir partir par morceaux vers la zone dollar. L'Etat actionnaire fera tout pour dissuader EADS de délocaliser sa production.

Comment ?

Il faut amplifier les efforts de productivité, mieux aider les sous-traitants et accentuer la pression politique. La France n'est plus isolée sur le sujet de la parité euro-dollar. Nicolas Sarkozy en a parlé avec les présidents américain et chinois. Je souhaite que nous allions plus loin en le mettant au menu du G8.

Allez-vous tenir vos objectifs de croissance ?

Pour 2007, je n'ai pas d'inquiétude. Je pense que nous serons à 1,9 %, très près de l'objectif de 2 % qui était la fourchette basse de nos prévisions. Pour 2008, les incertitudes sont plus fortes. Elles tiennent au niveau du dollar, au prix du baril de pétrole et aux répercussions de la crise du « subprime » sur la croissance américaine. Nous restons très vigilants.

2008 est aussi une année électorale. Allez-vous vous impliquer dans la campagne des municipales ?

Oui. Les municipales vont être le symbole du renouvellement de la vie politique, un démultiplicateur de l'ouverture que nous avons pratiquée au niveau gouvernemental, le relais au niveau local des grands changements que nous avons initiés. La mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement va occuper une place centrale dans la campagne.

Les ministres élus pourront-ils rester au gouvernement ?

Il n'y a pas d'interdit a priori. Ce qui compte d'abord c'est leur nécessaire engagement dans l'équipe gouvernementale.

La réforme des institutions va-t-elle accoucher d'une souris ?

Pas du tout. Nous allons vers un renforcement substantiel des droits du Parlement. Trois exemples : si la réforme est adoptée, le gouvernement ne pourra plus jamais faire voter un texte en urgence sans l'accord des assemblées, il devra partager l'ordre du jour avec le Parlement, le projet de loi discuté en séance sera celui qui aura été adopté et amendé en commission. C'est une révolution démocratique.

Le PS ne veux pas que le président s'exprime devant le Parlement. Pourriez-vous y renoncer ?

La négociation est en cours et le choix relèvera du président.

Le Premier ministre peut-il exister face à un président aussi présent que Nicolas Sarkozy ?

C'est un exercice de chaque jour (sourire) et je sais bien que la presse s'en préoccupe. Elle guette le moindre accroc, le plus petit signe d'irritation ou de compétition entre les deux têtes de l'exécutif. C'est absurde. Sous la Ve République, le patron c'est le président de la République. Les Français approuvent de façon très forte le couple que nous formons avec Nicolas Sarkozy. Ils ne comprendraient pas que nous fassions apparaître la moindre divergence. Mon rôle consiste en priorité à mettre en oeuvre les orientations présidentielles. Comme ces orientations ont été bâties en étroite collaboration pendant la campagne, je n'ai pas du tout l'impression d'être en dehors de la réflexion sur les orientations.

L'invitation du colonel Kadhafi en France suscite une violente polémique. Qu'en pensez-vous ?

Cette polémique est déplacée. Il est légitime que la France entretienne des relations d'Etat à Etat dans le respect du droit international.

PROPOS RECUEILLIS PAR CÉCILE CORNUDET, FRANÇOISE FRESSOZ, JEAN-FRANCIS PÉCRESSE ET DOMINIQUE SEUX

"Les Echos"

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 08:02

Maison sinistrée en Martinique. Photo : Fernand Bibas/AFP



Cliquez sur la photo

François Fillon, accompagné par Christian Estrosi, secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, effectue, les 22 et 23 août, un déplacement en Martinique et en Guadeloupe.

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 23:29


Dati-r.jpg

Cliquez sur la photo

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 22:46

Bâtir une croissance forte, saine et durable

Le Premier ministre a réuni, le 31 juillet, le Gouvernement pour finaliser les orientations budgétaires de 2008. Il a confirmé l’engagement de l’Etat de ne pas augmenter ses dépenses en volume. Les efforts consentis dans les domaines de la justice, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche seront équilibrés par "une stricte stabilisation des autres dépenses et une réduction des effectifs de la fonction publique". Autre priorité du Gouvernement : le retour d’une croissance forte, "boostée" par la loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat (Tepa), qui prendra effet à l’automne. Ce budget 2008 "doit permettre d’entrer dans le cercle vertueux de la croissance et de l’emploi [...] sans accroître la charge de la dette" a conclu François Fillon.

-  L’article d’actualité, sur le site du Premier ministre
-  L’allocution, sur le site du Premier ministre

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 22:42
Questions - Réponses
Une nouvelle Question-Réponse est en ligne sur le site premier-ministre.gouv.fr :
Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 22:38

Campagne d'information - Nouvelle université (site externe : http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/)

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 22:27

Lundi

9h30 : Hôtel de Matignon - Entretien avec le Premier ministre grec, Kostas Karamanlis
11h00 : Hôtel de Matignon - Rencontre avec l’Association France alzheimer
14h30 : Hôtel de Matignon - Réunion avec les élus concernés par le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin
16h : Hôtel des Invalides - Cérémonie pour les obsèques de deux militaires français
20h00 : Hôtel de Matignon - Entretien avec Nicolas Baverez

Mardi

8h30 : Hôtel de Matignon - Petit-déjeuner de la majorité
11h30 : Assemblée nationale - Réunion du groupe UMP
15h00 : Hôtel de Matignon - Séminaire gouvernemental avec les ministres sur la préparation du projet de loi de finances pour 2008
17h00 : Hôtel de Matignon - Entretien avec Henri Pescarolo _ 18H00 : Hôtel de Matignon - Rencontre avec l’Association française des entreprises privées (Afep)
19h30 : Hôtel de Clermont - Réception des parlementaires par Roger Karoutchi, secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement

Mercredi

10h : Palais de l’Elysée - Conseil des ministres
19h30 : Hôtel de Matignon - Entretien avec Thierry Breton

Jeudi

Déplacement

Vendredi

10h00 : Entretien avec le président de la République arabe d’Egypte, Hosni Moubarak
Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 22:08

Photo : Pierre Chabaud/Matignon


Le site des images du Premier Ministre  


Cliquez sur la photo et promenez-vous sur le site

Repost 0
Published by Christian BOIS - dans Matignon
commenter cet article

Articles Recents